Procédés utilisés dans les phases d'épuration additionnelles

Procédés

L’élimination ciblée des micropolluants dans les stations d’épuration communales peut être accomplie de différentes manières. Ces approches peuvent être classées en procédés par adsorption, procédés par oxydation et procédés physiques. Il existe en outre des possibilités de combinaison, entre autres avec des filtres plantés, que l’on peut classer parmi les procédés quasi naturels.

La vue d’ensemble ci-après présente des procédés d’élimination des micropolluants qui sont soit réalisés et exploités plusieurs fois déjà à grande échelle ou qui ont été étudiés comme installations pilotes dans le cadre du projet de recherche CoMinGreat et qui sont très prometteurs.

En Suisse et en Allemagne, notamment dans le Bade-Wurtemberg et en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, un certain nombre de stations d’épuration mettent en œuvre un procédé basé sur l’adsorption, comme le CAG ou le CAP ou des procédés oxydatifs (ozonation).

Les procédés physiques de filtration comme la nanofiltration et l’osmose inverse ne sont pas encore employés pour l’élimination complémentaire des micropolluants dans le domaine de l’épuration des eaux urbaines. Cela principalement en raison de la consommation élevée d’énergie et des grandes quantités de concentré qui doivent être traitées à leur tour. La nanofiltration et l’osmose inverse sont donc surtout employées pour le traitement de l’eau potable et l’épuration des eaux usées industrielles.

Vue d'ensemble des procédés

Combinaisons de procédés

Légende

Réalisé à grande échelle dans plusieurs stations d’épuration urbaines

Procédés développés et étudiés dans CoMinGreat et EmiSûre, échelle d’un pilote, bons résultats, aucune réalisation à grande échelle à ce jour.

Aucune application dans des stations d’épuration urbaines